Allumage de la première flamme de la chaufferie du réseau de chaleur Petite Bouverie

Le contexte

La Métropole de Rouen a lancé en 2017 une consultation en vue du renouvellement du contrat de délégation de service public portant sur le réseau de chaleur des villes de Rouen (sur une partie de la ville), Bihorel, BoisGuillaume et Darnétal. Ce périmètre, correspondant à une importante extension du réseau historique appelé « CURB », constitue désormais le réseau de chaleur « Petite Bouverie ». La proposition innovante de Dalkia, délégataire historique de ce réseau créé dans les années 60, a été retenue pour la concession et l’exploitation de ce réseau de chaleur. À travers ce renouvellement, la Métropole a pour objectif de réaliser la transition énergétique du réseau avec la création de chaufferies biomasse, et de l’étendre fortement, notamment sur les villes de Darnétal et Bois-Guillaume. La durée de la délégation de service public est prévue pour 24 ans. Aujourd’hui se déroule une étape importante et symbolique de l’histoire du réseau Petite Bouverie : l’allumage de la première flamme de la nouvelle chaufferie bois de 17MW, qui s’appuie sur une technologie novatrice et participera grandement aux enjeux écologiques du territoire de la Métropole.

La situation initiale

102

sous-stations

16km

de réseau

79GWh

de chaleur livrée

Objectif : le verdissement du réseau de chaleur historique

Les réseaux de chaleur urbains, largement consacrés par la loi relative à la Transition Énergétique pour la croissance verte, sont des moyens utiles et pertinents pour réduire significativement les gaz à effet de serre et lutter efficacement contre le dérèglement climatique. Ils constituent de véritables outils d’aménagement du territoire et des leviers essentiels de la Transition Énergétique pour un aménagement durable de la métropole.

Dans ce cadre, l’Appel d’Offres de la MRN remporté par Dalkia répond à cinq objectifs :

  • verdir le réseau de chaleur, en passant d’un mix énergétique 100 % gaz à plus de 80 % d’énergies renouvelables ;
  • étendre le réseau avec un objectif de 177 GWh, soit plus du doublement de la taille initiale ;
  • proposer des moyens de production innovants en valorisant les ressources locales d’un écosystème vertueux ;
  • proposer une approche numérique en développant le concept de réseau « smart ready » ;
  • développer une offre en cohérence avec le projet environnemental de la MRN, la « COP 21 locale ».

La solution retenue

La solution retenue par la Métropole se base sur le recours aux ressources locales d’un écosystème innovant et vertueux, au panel large en matière de combustibles biomasse. La ressource biomasse sur la Métropole est très variée et constituée de produits conventionnels ainsi que de produits singuliers. Aussi, Dalkia a proposé de pouvoir valoriser ces deux types de biomasse pour l’approvisionnement en chaleur du réseau à partir d’une technologie unique en France et d’un pilotage numérique qui fait de ce réseau un véritable smart grid.

Installations du réseau

  • Construction d’une chaufferie bois de 17 MW sur le site de « la Petite Bouverie » dont la première flamme est célébrée ce jour. Cette installation comprend une chaudière Dall Energy à large spectre biomasse, qui s’appuie sur une technologie novatrice appelée chaudière à combustion étagée. Celle-ci permet la combustion de biomasse dite « singulière » composée d’écorces, de produits secs, de pieds de lin, de tailles de saule humides, de bois bocager en lien avec le monde agricole local (association Eden). Ce type de biomasse est issu essentiellement du territoire de la métropole. La chaudière est associée à un condenseur et laveur de fumées « Terraotherm » pour 5,4 MW.
  • Installation d’une chaufferie bois traditionnelle de 5 MW sur le site de la Lombardie associée également au système de condensation « Terraotherm » pour 1,25 MW. L’augmentation de la puissance de la chaufferie gaz naturel (en appoint et secours) permettra d’atteindre 73,5 MW.
  • Récupération de chaleur sur les deux unités de cogénération existantes

Les chiffres clés du nouveau réseau

177GWh

de chaleur livrée

46km

de réseau

17000

équivalents logements

Les financeurs du projet

  • L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) subventionne 28,8 % des investissements liés à la production de chaleur et 37,6 % des investissements liés au réseau de distribution de chaleur.
  • Le FEDER (Fonds européen de développement régional) subventionne 10,6 % des investissements liés au réseau de distribution de chaleur.
  • Le projet a également fait l’objet d’un financement participatif lancé sur la plateforme Lendosphère. 159 prêteurs, dont 85% sont des habitants de la Métropole, ont contribué au succès de cette opération qui a permis de lever 1 000 000 €.

L’ADEME en quelques mots…

« À l’ADEME - l’Agence de la transition écologique - nous sommes résolument engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique et la dégradation des ressources. Sur tous les fronts, nous mobilisons les citoyens, les acteurs économiques et les territoires, leur donnons les moyens de progresser vers une société économe en ressources, plus sobre en carbone, plus juste et harmonieuse. Dans tous les domaines (énergie, air, économie circulaire, alimentation, déchets, sols, etc.), nous conseillons, facilitons et aidons au financement de nombreux projets, de la recherche jusqu’au partage des solutions. À tous les niveaux, nous mettons nos capacités d’expertise et de prospective au service des politiques publiques. L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. »

Plan du réseau

Comment fonctionne un réseau de chaleur

Comment fonctionne une chaufferie biomasse ?

Les chaufferies bois (ou chaufferies biomasse) gérées par Dalkia ont de nombreux avantages :

  • Des émissions maîtrisées : le rendement optimal des chaudières est recherché en permanence, afin d’utiliser au mieux la matière première nécessaire et de maîtriser les rejets atmosphériques. De plus, les chaufferies bois sont encadrées par une réglementation stricte, qui définit des niveaux d’émissions plus contraignants que les appareils domestiques au bois.
  • Un site sécurisé : des protocoles de sécurité assurent une gestion du risque d’accident.
  • Des livraisons de combustible adaptées : elles sont étudiées en fonction des besoins de la chaufferie et des contraintes locales (horaires de livraison en fonction des sorties d’école, jours de marchés, etc).
  • Des nuisances sonores évitées : la réalisation des opérations de préparation de bois (criblage, broyage, mélange) sur des plates-formes dédiées, ou en fermant les silos dans les cas de chaufferies urbaines permettent d’éloigner le bruit des lieux de vie.
  • Une installation intégrée à son environnement : qu’il s’agisse d’une conversion de site existant (au fioul ou charbon par exemple), ou d’un site nouveau, la conception de l’installation prend en compte à la fois les contraintes logistiques et l’intégration paysagère.

Les avantages du bois énergie : une énergie au coeur du développement durable

Atouts environnementaux

  • diminuer les émissions de gaz à effet de serre (CO2) En termes de rejets de dioxyde de carbone (CO2), la combustion du bois est considérée comme neutre.
  • entretenir le patrimoine forestier : la production de plaquette forestière destinée aux chaufferies permet de mettre en place une sylviculture plus systématique grâce à un débouché régulier des coupes d’éclaircies précoces, nettoyages, coupes d’amélioration et des cloisonnements sylvicoles.

Atouts sociaux

  • contribuer à la création et à la pérennisation d’emplois locaux

Tous les acteurs de cette filière sont concernés : exploitation forestière, logistique, plateforme de préparation… Elle stimule ainsi l’économie locale. Le bois énergie crée 2 à 4 fois plus d'emplois que le fioul ou le gaz pour la même quantité d'énergie consommée.

Atouts économiques

  • Application d’une TVA à 5,5 % sur le coût de la chaleur, du fait de l’utilisation de plus de 50 % d’énergie renouvelable
  • Affranchissement des cours mondiaux du pétrole et des tensions géopolitiques
  • Augmentation de l’indépendance énergétique en recourant à une énergie disponible localement et affranchie des contraintes d’approvisionnement des combustibles fossiles.

« Face au réchauffement climatique, nous devons tout mettre en œuvre pour décarbonner nos productions, dans tous les domaines. Le développement du réseau de chaleur de la Petite Bouverie et l’inauguration de sa chaufferie Biomasse constituent une étape de plus vers la transition énergétique du territoire. Innovante et plus respectueuse de l’environnement, la chaufferie permettra notamment la combustion de biomasse dite « singulière » composée d’écorces, de produits secs, de pieds de lin, de tailles de saule humides et de bois bocager. C’est une grande fierté pour tout le territoire métropolitain et une belle avancée pour les Hautsde-Rouen, Bihorel, Bois Guillaume et Darnétal ! »

Nicolas Mayer-Rossignol,

Président de Métropole Rouen Normandie

« Nous sommes très fiers de pouvoir allumer aujourd’hui la première flamme de la toute nouvelle chaufferie biomasse alimentant le réseau de chaleur de la Petite Bouverie. Cette installation unique en France, grâce à sa technologie de pointe, est un bel exemple d’innovation au service d’un territoire bas carbone. Elle permettra d’éviter l’émission de 27000 tonnes de CO2 chaque année, l’équivalent de 15000 voitures retirées de la circulation. Grâce à ce réseau de chaleur vertueux et connecté, l’équivalent de 17 000 logements bénéficieront d’une chaleur verte, locale, et à un prix compétitif dès cet hiver. Une façon de lutter contre la précarité énergétique tout en luttant contre le réchauffement climatique. Je souhaite remercier Métropole Rouen Normandie pour sa confiance. »

Sylvie Jéhanno,

Présidente-Directrice Générale du groupe Dalkia

Contact presse