La santé terrain d’excellence de Dalkia

Dossier sante

De l’expérience, des références et des engagements qui rassurent, une capacité d’investissement et d’innovation qui ouvrent des horizons : Dalkia dispose de solides atouts pour conforter son leadership dans le secteur de la santé. En particulier – mais pas seulement – sur le terrain des économies d’énergie.

De la garantie de fonctionnement à la recherche de performance

Dans un premier temps, si les hôpitaux, cliniques et maisons de retraite ont été de plus en plus nombreux à signer ce type de contrat, c’était surtout dans l’idée d’éviter toute rupture, aussi bien d’approvisionnement en énergie que de maintenance de leurs installations. Mais les besoins ont évolué dans le sens d’une recherche de performance, notamment parce que ces établissements sont soumis à des impératifs croissants de rigueur budgétaire. Et ce, alors que le déploiement de nouvelles technologies de soin, en particulier dans le domaine de l'imagerie médicale (IRM, scanners, etc.) a pour conséquence d’augmenter leur besoin global en énergie, principalement en électricité. D’où l’intérêt de pouvoir réaliser des économies sur les autres postes de consommation que sont le chaud, le froid et l’éclairage.

Un dispositif d’incitation et de financement

Trois autres facteurs incitent ces établissements à devenir acteurs à part entière de la transition énergétique : d’abord le « Décret tertiaire » de 2019, qui impose, au regard d'une année choisie entre 2010 et 2020, d'atteindre au moins 40 % de baisse de consommation en 2030, puis moins 50 % en 2040, puis moins 60 % en 2050 ; ensuite, le plan de relance gouvernemental et son « Ségur de la santé », grâce auquel les hôpitaux devraient pouvoir mettre en place rapidement des plans d'investissement plus importants que prévu, y compris lorsqu’ils sont déficitaires ; et enfin, les certificats d'économie d'énergie, ou CEE, qui s’avèrent bonifiés lorsqu'ils sont demandés dans le cadre de contrats de performance énergétique (CPE). Or les CPE « toutes énergies » (gaz, électricité et eau) figurent justement au cœur même du savoir-faire de Dalkia.

Les établissements en quête d’économies

Si les établissements de santé cherchent évidemment à réduire leur empreinte environnementale et leur contribution au réchauffement climatique, force est de reconnaître qu’ils appréhendent aussi l’efficacité énergétique pour faire des économies sur leur budget. Ce qu’illustre bien le contrat récemment signé par Dalkia Méditerranée avec les Hôpitaux du bassin de Thau*. En 2019, alors qu’ils étaient clients de Dalkia depuis de nombreuses années pour un « simple » contrat de maintenance, ces établissements ont lancé un appel d’offres qui portait sur les consommations énergétiques de l’ensemble de leurs sites. Objectif clairement affiché : générer des économies. « Comme souvent dans le monde de la santé, cette entité est confrontée à de sérieuses difficultés financières, souligne Guillaume Chanussot, directeur commercial de l'agence Languedoc-Roussillon chez Dalkia. Elle était donc en quête de solutions techniques et contractuelles qui lui permettraient de retrouver des marges de manœuvres budgétaires. Nous avons remporté ce marché, pour une durée de dix ans, en nous engageant à réduire de 10 % les consommations d’électricité et à diviser par deux les consommations de gaz, ce qui se traduira par une économie annuelle de l’ordre de 300 000 euros. »

Une logique de cercle vertueux

Pour tenir cet engagement, Dalkia va notamment mettre en place un dispositif de récupération des calories au niveau du groupe froid de l’hôpital de Sète. « D’autres actions de performance énergétique vont être entreprises au cas par cas sur les différents sites, précise Olivier Colin, directeur des travaux et du patrimoine de l’établissement. Au total, Dalkia va effectuer pour 2 millions d’euros de travaux sur nos installations, dont 70 % au cours des deux premières années. Avec ce type de contrat, nous sommes dans une logique de cercle vertueux. Grâce aux économies générées sur la fourniture d’énergie, nous pouvons renouveler nos installations en passant à des équipements beaucoup plus performants, donc beaucoup plus économes. »

Des solutions pour décontaminer l’air et l’eau

Au-delà de l'efficacité énergétique, d’autres savoir-faire de Dalkia intéressent éminemment les établissements de santé. Ainsi, depuis une vingtaine d'années, l’entreprise a développé toute une expertise technique face aux problèmes de contamination de l’eau et de l'air. Or ceux-ci représentent une préoccupation majeure pour les hôpitaux et les cliniques, en particulier depuis le début des années 2000, période où sont apparues la légionellose, une infection pulmonaire grave due à une bactérie véhiculée principalement par l'eau chaude ou tiède, mais aussi l’aspergillose, une infection fongique causée par certaines formes de champignons pathogènes circulant dans l'air. La prévention de ces infections figure désormais dans tous les appels d'offres lancés par les établissements de santé, qu'ils soient publics ou privés.

Innover en agissant aussi sur la lumière, les réseaux, les données…

Aujourd’hui amenées à intervenir jusque dans les blocs opératoires, et très en pointe sur les systèmes d’éclairage intelligent, les équipes de Dalkia commencent à être interrogées également sur la gestion et la sécurisation des données informatiques dans le monde hospitalier. De plus en plus d’établissements cherchent en effet à transformer leurs salles informatiques en véritables data centers – avec tout ce que cela implique en matière de qualité de gestion et de sécurisation –, voire à confier leurs données à des structures externalisées. Là encore, Dalkia et son écosystème peuvent les aider…

* établissement public regroupant l'hôpital Saint-Clair de Sète, l’hôpital Saint-Loup d’Agde, ainsi qu’un centre de soins de suite et trois EHPAD, soit près de 100 000 m2 de surfaces d’accueil et de soin.

Nos articles les plus lus