Les énergies de récupération

Les énergies de récupération sont des énergies dites « propres », au même titre que le solaire, la biomasse ou le vent. Comme leur nom l’indique, valoriser les énergies de récupération consiste à récupérer de l’énergie qui, à défaut, serait perdue. 

La valorisation des énergies de récupération

La valorisation des énergies de récupération est très simple : dans un premier temps, on identifie puis retire tous les déchets qui pourraient être dangereux ou recyclés. Lorsque ces déchets triés seront déposés au four, ils dégageront, de par leur combustion, une forte chaleur, qui produira de la vapeur. C’est cette vapeur, qui, une fois envoyée dans un réseau de canalisations, sera transformée en énergie. Si cette vapeur peut alimenter un réseau de chauffage urbain, donc peut être utilisée comme une sorte de « chauffage central collectif » pour alimenter un quartier ou une ville, elle peut aussi actionner les turbines qui produiront de l’électricité. 

17%

La chaleur produite par l’ensemble des usines et susceptible d’être récupérée représenterait 17 % de la consommation totale énergétique en France.

21%

21% de toute l'énergie distribuée en France par les réseaux de chaleur est issue des énergies de récupération.

Pour mieux comprendre les énergies de récupération

Les énergies de récupération, c'est la première énergie renouvelable. Ce sont les énergies générées par l'incération des déchets, la chaleur des data centers, la récupération de la chaleur industrielle, toute chaleur perdue.

Ce procédé peut être appliqué dans toutes les installations qui dégagent une forte chaleur. Il s’agit donc d’une énergie avec un potentiel considérable, puisque l’on estime que la chaleur produite par l’ensemble des usines et susceptible d’être récupérée représente 17 % de la consommation totale énergétique en France.

Les avantages des énergies de récupération

Les avantages de ces énergies sont nombreux puisqu’elles permettent d’éviter le gaspillage énergétique : cette méthode vise en effet à remplacer les énergies fossiles, comme le gaz, le fioul ou le charbon, par une énergie qui serait autrement « perdue ». Par ailleurs, contrairement à ces énergies carbonées, les énergies de récupération n’émettent, par définition, aucun rejet supplémentaire de CO2. Enfin, cette énergie est bon marché, étant donné qu’elle réduit les coûts de production, à condition que le site où l’on récupère l’énergie ne soit pas trop éloigné des bâtiments ou des équipements à chauffer.

Actus

Nouvelle unité de méthanisation à Calais

Le syndicat d’élimination et de valorisation des déchets du Calaisis a choisi la société Octeva (composée de TIRU, filiale de Dalkia et Urbaser) pour la construction et l’exploitation d’une unité de méthanisation et de production de combustibles solides de récupération, à Calais, dans les Hauts-de-France.

Actus

Dunkerque : Tiru teste l'échangeur Terrao®

La communauté urbaine de Dunkerque et TIRU ont signé un contrat avec la société Terraotherm pour lancer le test d’un nouvel équipement : un échangeur Terrao® à hautes températures.

Actus

Un réseau de chaleur éco-vertueux pour Béthune

La Ville de Béthune a choisi Dalkia pour la Délégation de Service Public de son nouveau réseau de chaleur pour l’équivalent de 6 500 logements.

Haut de page