Inauguration des travaux

Plan Climat Air Energie : Inauguration du réseau de chaleur et de froid Plaine Campus

Toulouse Métropole a adopté un Plan Climat Air Energie Territorial qui vise à réduire jusqu’à 40% les émissions de gaz à effet de serre du territoire, à diminuer les énergies fossiles de 20 % et à doubler la production des énergies renouvelables et de récupération.

Pourquoi un réseau de chaleur et de froid ?

En soutien au Plan Climat Air Energie, le Programme d’Actions Qualité de l’Air doit permettre de réduire les émissions de CO2 qui émanent des grands axes de circulation, principaux responsables de la dégradation de la qualité de l’air.

Le réseau de chaleur et de froid « Plaine Campus », aussi nommé « Toulouse Energie Durable », de Toulouse Métropole est une réponse concrète à la lutte contre le changement climatique et à l’atteinte des objectifs du Plan Climat Air Energie. Il permet de :

  • verdir le territoire avec une alimentation à 70% par des énergies de récupération locales, notamment la chaleur issue de l’usine de valorisation des déchets du Mirail, au cœur de l’économie circulaire,
  • lutter contre la précarité énergétique, grâce à une TVA à taux réduit permettant d’offrir aux 15 000 abonnés une chaleur à un prix compétitif et maîtrisé dans la durée,
  • limiter des émissions de carbone, en évitant l’émission de 19 000 tonnes/an de CO2, comme si on retirait 9000 voitures de la circulation.

Toulouse Métropole a confié à la société Dalkia la conception, la réalisation et l’exploitation du réseau de chaleur et de froid pour une durée de 26 ans dans le cadre d’une délégation de service public (DSP). La société Toulouse Energie Durable (TED), filiale de Dalkia, a été créée pour la gestion de cette concession.

Ce projet a représenté un investissement important financé à 14 millions par le Fonds chaleur de l’ADEME.

Les chiffres du réseau de chaleur Toulouse Métropole

70%

d’énergies de récupération

19000

t de CO2 évitées chaque année

15000

équivalents logements chauffés

Un réseau de 36 km

Le nouveau réseau de chauffage urbain de Toulouse Métropole est le plus grand construit en France sur les cinq dernières années. Il s’étend sur 36 km depuis l’unité de valorisation des déchets du Mirail jusqu’au quartier de Montaudran.

Les abonnés du réseau

Le nouveau réseau permettra d’alimenter 15 000 équivalents logements. Parmi les principaux abonnés figurent :

  • Toulouse Métropole Habitat
  • CNES
  • CHU de Rangueil
  • Les bâtiments publics

Un réseau de froid au cœur de la transition énergétique

Selon l’Organisation Météorologique Mondiale, 17 des 18 années les plus chaudes appartiennent au 21ème siècle. L’objectif le plus ambitieux de la Conférence Des Parties 21 (COP21) était de contenir la hausse de la température de notre planète à un maximum de +1,5°C d'ici à 2100. Selon le dernier rapport du GIEC, cette température devrait être atteinte entre 2030 et 2052.

Dans ce contexte, les réseaux de froid vont prendre de plus en plus de place dans le paysage énergétique, et Toulouse Métropole l’a bien compris. Le réseau « Toulouse Energie Durable » a ainsi la particularité de produire à la fois du chaud et du froid. Une boucle d’eau tempérée permettra, en plus de la distribution du chauffage et de l’eau chaude sanitaire collective, de climatiser les immeubles de bureaux et bâtiments tertiaires sur le quartier de Montaudran.

La récupération de chaleur : une énergie au cœur de l'économie circulaire

La production de chaleur du réseau « Plaine Campus » est assurée à partir de deux énergies de récupération :

  • la chaleur issue de l’usine de valorisation des déchets du Mirail
  • la chaleur issue des supercalculateurs du data center de l’espace Clément Ader

Une chaufferie gaz en appoint et secours est positionnée sur le site de la ZAC de Montaudran.

Qu’est-ce qu’une énergie de récupération ?

« Rien ne se perd, tout se transforme », disait le grand chimiste français Lavoisier. Comme leur nom l’indique, valoriser les énergies de récupération consiste à récupérer de l’énergie qui, à défaut, serait perdue, et la valoriser selon les principes de l’économie circulaire.

Dans le cas de l’usine de valorisation des déchets du Mirail, Dalkia récupère la chaleur issue des fours d’incinération des ordures ménagères grâce à des échangeurs thermiques.

Au total, le réseau de chaleur de Toulouse Métropole est alimenté à 70% par des énergies de récupération.

Les avantages de la récupération de chaleur

  • Zéro gaspillage : il s’agit de valoriser une énergie qui est produite quoi qu’il arrive. Il s’agit donc d’une méthode de bon sens qui consiste à remplacer des énergies fossiles comme le gaz, le fioul ou le charbon par une énergie qui serait autrement perdue. La récupération de chaleur s’intègre ainsi dans le concept d’économie circulaire.
  • Écologique : la récupération d’énergie n’émet, par définition, aucun rejet polluant supplémentaire dans l’atmosphère. C’est pour cela qu’en matière d’énergies vertes, nous parlons de plus en plus d’énergies « renouvelables et de récupération ». Grâce au nouveau réseau de chaleur de Toulouse Métropole, l’émission de 19 000 tonnes de CO2 sera évitée chaque année.
  • Locale : c’est une énergie que l’on trouve dans nos territoires. Elle ne suppose aucun transport.
  • Bon marché : pour ceux qui l’achètent. Les coûts de production sont réduits, à la seule condition que le site où l’on récupère l’énergie ne soit pas trop éloigné des bâtiments ou des équipements à chauffer.
  • Économique : les usagers du réseau de Toulouse Métropole bénéficient d’une TVA à taux réduit permettant d’offrir aux 15 000 abonnés une chaleur à un prix compétitif et maîtrisé dans la durée.

Un réseau intelligent

Pour superviser à distance la performance énergétique des installations du nouveau réseau de chaleur et réaliser ainsi des économies d’énergie, Dalkia raccordera les sous- stations au Desc (Dalkia Energy Savings Center).

Le Desc allie intelligences humaine et numérique et est conçu par Dalkia comme une véritable tour de contrôle des sites. Il s’appuie sur des outils de gestion d’importantes masses de données (Big Data). Il possède aujourd’hui le savoir-faire pour trier ces données, les structurer et en extraire uniquement les données pertinentes (Smart Data).

Les équipes traqueront ainsi en temps réel les anomalies et les surconsommations des bâtiments et des sites raccordés au réseau. En lien étroit avec les techniciens de maintenance sur le terrain, les analystes du Desc aideront au pilotage des réglages des équipements.

Avec son réseau de chaleur connecté au Desc de Dalkia, Toulouse Métropole s’intègre dans le concept de smart city en proposant une gestion intelligente et vertueuse des énergies.

Un projet de haut niveau d'expertise

Le projet a conduit Dalkia à installer 36 kilomètres de canalisations avec le souci constant de limiter l’impact sur la vie quotidienne des riverains ou des usagers des transports routiers. Il a fallu faire face à des contraintes et exigences en matière de :

  • Environnement (protection et préservation de la faune et de la flore)
  • Archéologie (identification de vestiges romains)
  • Architecture (franchissement du Canal du Midi)
  • Sécurité Ainsi,

Dalkia et ses partenaires ont dû déployer des solutions techniques parfois exceptionnelles. Le chantier a mobilisé en pointe environ 400 personnes et les travaux ont été réalisés en totale sécurité des biens et des personnes.

L'exemple du passage sous la Garonne

Longueur du tunnel : 287 mètres de galerie en courbe (rayon de courbure 500 m)

M3 de terre excavés : 3650 (soit l’équivalent d’une piscine olympique) Vitesse d’avancée estimée : 12 mètres / jour en moyenne, à environ 10 mètres

Nombre de jours pour atteindre le puits de sortie : 27 jours

La réalisation de cet ouvrage a permis aux nouvelles canalisations du réseau de chaleur de Toulouse Métropole de franchir pour la première fois la Garonne.

L'encorbellement sous le Canal du Midi

Le passage des canalisations sous le Canal du Midi, monument classé au patrimoine de l’Unesco, a nécessité un ensemble de précautions particulières.

  • Sous l’angle architectural, les bâtiments de France ont étudié l’intégration des canalisations afin de trouver un tracé le plus discret possible.
  • Sous l’angle technologique, des calculs de résistance des matériaux ont été réalisés pour garantir la tenue du pont à la charge supplémentaire.
  • Sous l’angle circulation routière et fluviale, toutes les dispositions ont été prises pour limiter l’impact pour les usagers des travaux. Le chantier a fait appel à la technique de l’échafaudage inversé. Ainsi suspendus et en sécurité, sous le tablier, les soudeurs ont pu travailler sans que la circulation ne soit interrompue.

La biodiversité

En application du Code de l’Environnement, le projet du réseau de chaleur « Plaine Campus » a bénéficié d’une expertise naturaliste sur l’ensemble du tracé. L’inventaire de la biodiversité a permis d’analyser les enjeux écologiques pour adapter le projet initial afin d’éviter certaines atteintes à la faune et à la flore.

Une zone d’environ 4000m2 a néanmoins dû être terrassée pour les besoins du chantier. En concertation avec le Conservateur de la RNR et la DDT31, un plan d’actions pour la remise en état écologique de la plateforme a été décidée en engageant une revégétalisation cohérente avec des essences locales du ramier de Garonne.

L’ensemble des décisions ont été prises avec l’appui de la Région Occitanie, de son Conservateur, de la Direction Départementale des Territoires de la Haute-Garonne, et de la Direction Générale des Armées / Contrôle Général des Armées. Dalkia s’est également appuyée sur une Assistance à Maitrise d’ouvrage écologue pour assurer le respect des obligations règlementaires environnementales.

Toulouse, Métropole de toutes les réussites, est aussi la Métropole des réussites durables. Et ce réseau de chaleur en est une belle preuve !

Il est le plus grand réseau de chaleur construit en France lors de ces 5 dernières années. Il s’inscrit dans une tradition toulousaine puisque nous avions déjà été l’une des premières villes en France à valoriser l’énergie produite par la combustion de nos déchets, à travers le réseau de chaleur historique du Mirail installé dès les années 60-70.

Ce nouveau réseau du XXIe siècle, Plaine Campus, vient pour ainsi dire boucler la boucle. Il renvoie un signal clair et fort sur la volonté de la collectivité d’allier économies dans le portefeuille des ménages (-7% sur leur facture énergétique en moyenne) et une démarche zéro-gaspillage (la chaleur produite par les supercalculateurs du data center de l’espace Clément Ader et de l’usine de valorisation des déchets du Mirail sera ainsi réinjectée dans le circuit).

En cela, nous sommes fidèles à la philosophie d’Antoine LAVOISIER « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » et cela également dans l’intérêt de la planète. En effet, ce réseau de chaleur va permettre d’éviter l’émission dans l’atmosphère de 19 000 tonnes de CO2 chaque année, soit l’équivalent de 9 000 véhicules retirés de la circulation. Un argument de plus pour notre Plan Climat ambitieux, véritable plan de bataille local contre le changement climatique.

Nous confions les clés en confiance à l’opérateur Dalkia, sur la durée de cette délégation de service public de 26 ans. En confiance car nous connaissons leur expertise et leur savoir-faire dans l’élaboration de solutions énergétiques innovantes, au service des collectivités et des habitants. Ensemble, avec l’aide de l’ADEME, nous faisons ici un pas de plus vers une Métropole plus vertueuse et plus responsable.

Jean-Luc Moudenc
Maire de Toulouse,
Président de Toulouse Métropole

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) de 2015 fixe des objectifs ambitieux en matière de développement des énergies renouvelables et notamment :

- augmenter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de cette consommation en 2030 ;

- atteindre 38 % de la consommation finale de chaleur d’origine renouvelable en 2030 ;

- multiplier par cinq la quantité de chaleur et de froid renouvelables et de récupération livrée par les réseaux de chaleur et de froid à l’horizon 2030.

Le projet de loi énergie-climat, adopté le 11 septembre 2019 à l’Assemblée nationale, vient conforter et accélérer le déploiement de projets d’énergies renouvelables et de récupération.

La réalisation du réseau « Plaine Campus » de Toulouse métropole contribue pleinement à l’atteinte de ces objectifs. Ce nouveau réseau de chaleur de 36 km permettra aux habitants des 15 000 équivalents logements d’être chauffés grâce aux énergies de récupération et d’éviter l’émission de 19 000 tonnes de CO2 par an.

Cette opération a été soutenue financièrement par l’ADEME, opérateur de l’Etat, dans le cadre du « Fonds Chaleur », à hauteur de 14 M€. Ce Fonds permet le développement de la production de chaleur d’origine renouvelable. Il est destiné à l’habitat collectif, aux collectivités et aux entreprises.

Pour le réseau de chaleur « Plaine campus », cette aide financière permet d’obtenir un coût de la chaleur compétitif par rapport aux installations fonctionnant au gaz naturel. Ce coût plus faible de la chaleur, associé au taux réduit de TVA, permet aux usagers du réseau de chaleur de faire des économies financières.

Cette opération s’inscrit pleinement dans le partenariat signé le 14 juin 2018 entre l’ADEME, l’Etat et Toulouse Métropole afin de renforcer la mise en œuvre de la transition énergétique et écologique sur le territoire métropolitain. Cette approche partenariale, intégrée et innovante, repose sur une vision globale et la prise en compte de l’ensemble des thématiques de manière techniquement et économiquement viable.

Michel Peyron
Directeur régional de l’ADEME

Dalkia est une filiale du Groupe EDF spécialisée dans les services énergétiques. Nous proposons à nos clients des solutions sur mesure pour réduire leurs consommations d’énergies et développer les énergies vertes locales.

Dans le cas de la création du réseau de chaleur et de froid de Toulouse Métropole, Dalkia s’est appuyée sur une idée simple : récupérer une énergie disponible, la chaleur de l’unité de valorisation de déchets du Mirail et la valoriser pour chauffer les habitants de Toulouse.

C’est ici, un très bel exemple d’économie circulaire et de sobriété énergétique à l’heure où l’urgence climatique nous préoccupe tous. Le réseau Plaine Campus est par ailleurs connecté au Centre de Pilotage de la Performance énergétique de Dalkia à Toulouse (DESC, Dalkia Energy Savings Center), afin d’adapter la production d’énergie à la demande, d’optimiser en temps réel l’efficacité énergétique des équipements et de s’assurer du meilleur confort pour les habitants.

Les équipes de Dalkia sont fières d’accompagner Toulouse Métropole dans sa transition énergétique, au travers d’un équipement emblématique et innovant qui réduit de façon significative les émissions de CO2.

Je souhaite remercier chaleureusement Toulouse Métropole pour sa confiance. Ensemble, nous construisons la ville de demain, au service du bien-être durable des habitants.

Sylvie Jéhanno
Présidente-Directrice Générale du groupe Dalkia