Inauguration de la chaufferie bois du 3ème réseau de chaleur sur la Communauté Urbaine d’Alençon

Dalkia et la CUA ont signé en octobre 2016 une Délégation de Service Public pour la création d'un nouveau réseau de chaleur desservant le centre-ville et l’ouest d’Alençon, alimenté par une chaufferie bois conçue et gérée par Dalkia.

Contexte

Dalkia est un partenaire présent depuis plus de dix ans à Alençon pour la gestion énergétique de plusieurs copropriétés et du Centre Psychothérapique de l’Orne (CPO). Sa filiale Alençon Energie Bois est titulaire de la Délégation de Service Public (DSP) initiée en 2015 par la Communauté Urbaine d’Alençon (CUA), ayant pour objet la gestion et l’exploitation d’un nouveau réseau de chaleur sur la ville. Ce nouveau réseau de chaleur vertueux et connecté répond aux ambitions de la CUA en matière de diminution des gaz à effet de serre et de réduction du coût des énergies, avec 4 400 tonnes de CO2 évitées chaque année.

Un nouveau réseau de chaleur desservant le centre-ville et l’ouest d’Alençon

Ce projet, dont le montant prévisionnel des travaux est de 10 800 000 Euros, est subventionné par l’ADEME à hauteur de 32,8% dans le cadre du Fonds Chaleur. Il s’inscrit dans la démarche “Agenda 21” impulsée par la collectivité dès 2010 et dans le projet de renouvellement urbain “31, le Grand Projet”.

Un réseau de chaleur vertueux et connecté

Le nouveau réseau de chaleur s’étend aujourd’hui sur 8 km et alimente, au travers d’une cinquantaine de sous-stations connectées, environ 4 000 équivalents logements.

Alimenté à plus de 60 % par le bois-énergie, ce réseau de chaleur bénéficie d’une TVA réduite permettant de faire bénéficier les abonnés d’une énergie bas carbone à un prix compétitif. Par rapport à une solution utilisant exclusivement des énergies fossiles, ce sont près 4 400 tonnes de CO2 qui sont évitées chaque année.

La chaufferie biomasse d’une puissance de 5 MW est parfaitement intégrée dans son environnement. Elle alimente en chauffage et eau chaude sanitaire le réseau de 8 km. Le réseau de chaleur est également alimenté par un moteur de cogénération* d’une puissance de 2 MW électriques et 2 MW thermiques qui produit de l’électricité destinée au réseau national. Deux chaudières gaz de 5,2 MW et 2,5 MW sont installées pour assurer l’appoint et le secours. En période de grand froid, les chaufferies des deux hôpitaux (CPO et CHICAM) fonctionnent également en autonomie afin de libérer de la puissance au profit du réseau de chaleur. (* définition cogénération : production simultanée d'énergie thermique et d'énergie mécanique dans une même installation).

4400t

de CO₂ économisées chaque année

87%

d'énergies renouvelables et de récupération

8km

de réseau

28000MWh

de consommation

Pour superviser à distance la performance énergétique des installations du nouveau réseau de chaleur et réaliser ainsi des économies d’énergie, Dalkia a raccordé ses sous-stations au Desc (Dalkia Energy Savings Center). Le Desc allie intelligences humaine et numérique et est conçu comme une véritable tour de contrôle des sites. Il s’appuie sur des outils de gestion d’immenses masses de données (Big Data). Il possède aujourd’hui le savoir-faire pour trier ces données, les structurer et en extraire uniquement les données pertinentes (Smart Data). Les équipes traquent ainsi en temps réel les anomalies et les surconsommations des bâtiments et des sites raccordés au réseau. En lien étroit avec les techniciens de maintenance sur le terrain, les analystes du Desc aident au pilotage à distance les réglages des équipements. Avec son réseau de chaleur connecté au Desc, la Ville d’Alençon s’intègre ainsi parfaitement dans le concept de smart city en proposant une gestion intelligente et vertueuse des énergies.

  • Consultation de Communauté Urbaine d’Alençon : fin 2015
  • Réponse de l’attribution du marché à Dalkia : été 2016
  • Signature de la Délégation de Service Public : octobre 2016
  • Début des travaux de réseau : juillet 2017
  • Début des travaux sur la chaufferie : décembre 2017
  • Fin des travaux de réseau : août 2018
  • Mise en service du réseau et de la chaufferie gaz : septembre 2018
  • Mise en service de la chaufferie bois : novembre 2018
  • Mise à disposition du reporting client : avril 2019

Les principaux acteurs du projet

  • Communauté Urbaine d’Alençon : Autorité délégante du marché
  • Alençon Énergie Bois, filiale 100 % Dalkia : Délégataire
  • Biomasse Normandie : Bureau d’étude
  • Bois Énergie France: Fournisseur de la Biomasse
  • Agence Schneider : Architecte
  • GTM Vinci Construction : Construction de la chaufferie
  • Wannitube et Colas : Construction du réseau

Les financeurs du projet

  • L’ADEME - l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie
  • La Communauté Urbaine d’Alençon
  • L’État
  • Le Conseil Régional de Normandie
  • La ville d’Alençon

Comment fonctionne un réseau de chaleur ?

Une chaufferie biomasse, comment ça marche ?

Les chaufferies bois (ou chaufferies biomasse) gérées par Dalkia ont de nombreux avantages :

  • Des émissions maîtrisées : le rendement optimal des chaudières est recherché en permanence, afin d’utiliser au mieux la matière première nécessaire et de maîtriser les rejets atmosphériques. De plus, les chaufferies bois sont encadrées par une réglementation stricte, qui définit des niveaux d’émissions très contraignants à respecter, alors que les appareils domestiques au bois ne sont soumis à aucun contrôle.
  • Un site sécurisé : des protocoles de sécurité assurent une gestion du risque d’accident.
  • Des livraisons de combustible adaptées : elles sont étudiées en fonction des besoins de la chaufferie et des contraintes locales (horaires de livraison en fonction des sorties d’école, jours de marchés, etc).
  • Des nuisances sonores évitées : la réalisation des opérations de préparation de bois (criblage, broyage, mélange) sur des plates-formes dédiées, ou en fermant les silos dans les cas de chaufferies urbaines permettent d’éloigner le bruit des lieux de vie.
  • Une installation intégrée à son environnement : qu’il s’agisse d’une conversion de site existant (au fioul ou charbon par exemple), ou d’un site nouveau, la conception de l’installation prend en compte à la fois les contraintes logistiques et l’intégration paysagère.

Les avantages du bois énergie : une énergie au cœur du développement durable

Atouts environnementaux

  • diminuer les émissions de gaz à effet de serre (CO2) En termes de rejets de dioxyde de carbone (CO2), la combustion du bois est considérée comme neutre.
  • entretenir le patrimoine forestier La production de plaquette forestière destinée aux chaufferies permet de mettre en place une sylviculture plus systématique grâce à un débouché régulier des coupes d’éclaircies précoces, nettoyages, coupes d’amélioration et des cloisonnements sylvicoles.

Atouts sociaux

  • contribuer à la création et à la pérennisation d’emplois locaux Tous les acteurs de cette filière sont concernés : exploitation forestière, logistique, plateforme de préparation, elle stimule ainsi l’économie locale. Le bois énergie crée 2 à 4 fois plus d'emplois que le fioul ou le gaz pour la même quantité d'énergie consommée. L’ADEME estime que 1 000 tonnes de bois consommées correspondent à 1 emploi à temps plein (ETP). Sur ce projet rouennais, les parties prenantes ont estimé que 1 800 tonnes de bois consommées correspondaient à 1 ETP, soit 32 ETP.

Atouts économiques

Permet une réduction relative de la facture énergétique et une certaine stabilité économique :

  • Application d’une TVA à 5,5 % sur la partie combustible, du fait de l’utilisation de plus de 50 % d’énergie renouvelable
  • Affranchissement des cours mondiaux du pétrole et des tensions géopolitiques
  • Stabilité des prix du combustible
  • Augmentation de l’indépendance énergétique en recourant à une énergie disponible localement et affranchie des contraintes d’approvisionnement des combustibles fossiles.

"L’inauguration de cette nouvelle chaufferie bois et du réseau de chaleur associé, qui dessert le centre-ville et l’ouest d’Alençon, marque la fin d’une opération d’envergure menée sur le territoire de la Communauté Urbaine d’Alençon. Je salue les équipes de Dalkia et celles des entreprises qui ont réalisé les chantiers. Tous mes remerciements vont également à l’ensemble des acteurs, des élus, des agents de la collectivité et des partenaires financiers, qui ont pris part à l’élaboration de ce projet majeur.

La création de ce réseau répond aux ambitions que s’est fixée la Communauté Urbaine d’Alençon en matière de diminution des gaz à effet de serre et de réduction du coût des énergies. Conformément au cahier des charges, ce système de chauffage, écologique et économique, fonctionne au bois (approvisionnement local) à plus de 62 % contribuant ainsi à entretenir le patrimoine forestier, à conforter le tissu d’emplois de la Communauté Urbaine d’Alençon et à affermir notre stratégie de transition énergétique dans le cadre de notre Plan Climat-Énergie Territorial (PCET)."

Ahamada DIBO, Président de la Communauté Urbaine d’Alençon

"Dalkia est une filiale du Groupe EDF spécialisée dans les services énergétiques. Nous proposons à nos clients des solutions sur-mesure pour réduire leurs consommations d’énergies et développer les énergies renouvelables et de récupération locales.

Dans le cas du nouveau réseau de chaleur d’Alençon, Dalkia s’est appuyée sur une idée simple : valoriser les ressources locales d’un écosystème vertueux, le bois énergie. Pour être encore plus performant, l’ensemble des sous-stations de ce réseau de chaleur est connecté au Desc, le Dalkia Energy Savings Center. Ce réseau entre ainsi pleinement dans l’ère du 4.0, faisant d’Alençon une ville intelligente.

En 2018, les énergies renouvelables et de récupération représentaient 38,2 % du mix énergétique de Dalkia. L’ambition de notre groupe est de porter ce chiffre à 50 % d’ici 2022. Je souhaite remercier chaleureusement la Communauté Urbaine d’Alençon pour sa confiance. Ensemble, nous construirons la ville de demain, au service du bien-être durable de ses habitants."

Michel Desmoucelles, Directeur de Dalkia Nord-Ouest

Dalkia et la biomasse

2Mt

de biomasse valorisée par an

549

installations en France

16%

du mix énergétique en 2018

Contact presse