Extension, développement et verdissement du réseau de chaleur de Rouen-Bihorel

La Métropole de Rouen Normandie (MRN) a lancé en avril 2017 une consultation en vue du renouvellement du contrat de délégation de service public portant sur le réseau de chaleur des villes de Rouen (sur une partie de la ville), Bihorel, Bois-Guillaume et Darnétal, dit « CURB ».

La proposition innovante de Dalkia, délégataire historique de ce réseau créé dans les années 60, a été retenue pour la concession et l’exploitation de ce réseau de chaleur étendu pour l’occasion. A travers ce renouvellement, la MRN a pour objectif de réaliser la transition énergétique du réseau avec la création de chaufferies biomasse, et de l’étendre fortement, notamment sur les villes de Darnétal et Bois-Guillaume. La durée de la délégation de service public est prévue pour 24 ans.

Le verdissement du réseau de chaleur

Dans ce cadre, l’Appel d’Offres de la MRN remporté par Dalkia répond à cinq objectifs :

Situation initiale

102

sous-stations

16

km de réseau

79

GWh de chaleur livrée

56.4

MW pour la chaufferie

40

MW chaudière charbon

12.4

MW grâce à deux cogénérations

La Métropole Rouen Normandie compétente pour la gestion des réseaux de chaleur

Depuis le 1er janvier 2015, le rôle de la Métropole Rouen Normandie en matière de transition énergétique s’est vu renforcé. La loi MAPTAM lui confie le rôle de concédant de la distribution de l’énergie pour le gaz et l’électricité, ainsi que le rôle d’organisatrice des réseaux de chaleur.

Le territoire métropolitain comporte 9 services publics locaux de distribution de chaleur indépendants les uns des autres. Ces 9 réseaux de chaleur délivrent de l’ordre de 335 000 MWh/an, dont 58% proviennent d’une énergie renouvelable ou de récupération (ENR&R). La chaleur actuellement distribuée par les réseaux représente plus de 9% des consommations d’énergie finale de l’habitat collectif et du tertiaire.

Ces réseaux constituent un appui précieux au développement des EnR&R.

La réalisation d’un schéma directeur des réseaux de chaleur a permis de définir des objectifs ambitieux qui seront actés dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial de la Métropole, à l’automne. Ces objectifs porteront sur la densification et l’extension des réseaux existants, le verdissement du dernier réseau non alimenté par des ENR&R (celui de la Petite Bouverie) et la réflexion sur le développement de nouveaux projets.

Par ailleurs, la Métropole a créé le 1er janvier 2017 la Régie Publique de l’Energie Calorifique pour gérer les 3 réseaux de chaleur suivants : Elbeuf, Petit Quevilly et Grand Quevilly, le reste des réseaux étant sous Délégation de Service Public (DSP).

LA SOLUTION TECHNIQUE RETENUE

La solution retenue par la MRN se base sur le recours aux ressources locales d’un écosystème innovant et vertueux, au panel large en matière de combustibles biomasse. La ressource biomasse sur la MRN est très variée et constituée de produits conventionnels ainsi que de produits singuliers. Aussi, Dalkia a proposé de pouvoir valoriser ces deux types de biomasse pour l’approvisionnement en chaleur du réseau à partir d’une technologie unique en France et d’un pilotage numérique qui fait de ce réseau un véritable smart grid.

Installations du réseau

Un réseau de chaleur Smart Ready

La solution retenue intègre le développement d’un réseau de chaleur intelligent :

  • numérisation du réseau et interface numérique pour les abonnés
  • télégestion sur la production, distribution et livraison de chaleur
  • transparence de l’information en temps réel

Le premier financement participatif sur un réseau de chaleur

En collaboration avec la société Lendosphere, Dalkia va lancer une campagne de financement participatif à hauteur d’un million d’euros pour intégrer chaque citoyen dans le projet, pour promouvoir le réseau et en favoriser le développement.

UNE CHAUFFERIE BIOMASSE, COMMENT ÇA FONCTIONNE ?

Les chaufferies bois (ou chaufferies biomasse) gérées par Dalkia ont de nombreux avantages :

Pour en savoir plus sur ces chaufferies

LES AVANTAGES DU BOIS ENERGIE : UNE ENERGIE AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Atouts environnementaux

  • diminuer les émissions de gaz à effet de serre (CO2) En termes de rejets de dioxyde de carbone (CO2), la combustion du bois est considérée comme neutre.
  • entretenir le patrimoine forestier La production de plaquette forestière destinée aux chaufferies permet de mettre en place une sylviculture plus systématique grâce à un débouché régulier des coupes d’éclaircies précoces, nettoyages, coupes d’amélioration et des cloisonnements sylvicoles.

Atouts sociaux

  • contribuer à la création et à la pérennisation d’emplois locaux Tous les acteurs de cette filière sont concernés : exploitation forestière, logistique, plateforme de préparation, elle stimule ainsi l’économie locale. Le bois énergie crée 2 à 4 fois plus d'emplois que le fioul ou le gaz pour la même quantité d'énergie consommée. L’ADEME estime que 1 000 tonnes de bois consommées correspondent à 1 emploi à temps plein (ETP). Sur ce projet rouennais, les parties prenantes ont estimé que 1 800 tonnes de bois consommées correspondaient à 1 ETP, soit 32 ETP.

Atouts économiques

permet une réduction relative de la facture énergétique et une certaine stabilité économique :

  • Application d’une TVA à 5,5 % sur la partie combustible, du fait de l’utilisation de plus de 50 % d’énergie renouvelable
  • Affranchissement des cours mondiaux du pétrole et des tensions géopolitiques
  • Stabilité des prix du combustible
  • Augmentation de l’indépendance énergétique en recourant à une énergie disponible localement et affranchie des contraintes d’approvisionnement des combustibles fossiles.

9ème de France par la taille, avec 71 communes et près de 500 000 habitants, la Métropole Rouen Normandie a lancé à l’a fin de l’année 2017 une démarche de « COP21 » locale. Afin de s’inscrire dans la dynamique internationale qui a suivi l’Accord de Paris de 2016 et pour contribuer à l’engagement global visant à contenir le réchauffement climatique bien en dessous de 1,5 degrés, la Métropole définit une politique « climat – air – énergie ambitieuse ».

Alors que le diagnostic de son Plan Climat Air Énergie Territorial a confirmé que les actions liées aux compétences de la Métropole ne peuvent suffire, à elles seules, à obtenir les résultats attendus en termes de réduction de la pollution atmosphérique, d’adaptation et d’atténuation du changement climatique, la Métropole fait donc le choix d’être l’animatrice de la dynamique territoriale nécessaire pour atteindre ces objectifs. Au-delà des actions qu’elle porte sur son patrimoine et à travers ses compétences, qui devront être exemplaires, elle a donc lancé sa propre COP21 aux côtés du WWF France afin de fédérer les acteurs économiques et institutionnels, les communes et les citoyens pour que tous construisent leur propre engagement pour le climat, que réunira à la fin 2018 un « Accord de Rouen pour le climat ». Les objectifs de cette démarche collective et innovante sont les suivants :

  • Diviser par 2 les consommations énergétiques actuelles du territoire
  • Multiplier par 2,5 la production d’énergies renouvelables (EnR) sur le territoire
  • Participer à une stratégie de développement des EnR au niveau régional en partenariat avec la Région Normandie et les territoires volontaires.

La nouvelle délégation de service public confiée à Dalkia pour le réseau de chaleur dit de la « Petite Bouverie », qui prévoit notamment le remplacement de la chaufferie charbon par une nouvelle chaufferie alimentée par la biomasse et la cogénération, ainsi que l’extension du réseau de chaleur des communes de Rouen et de Bihorel à celles de Darnétal et de Bois-Guillaume, est une traduction opérationnelle concrète de l’engagement de la Métropole dans la transition énergétique. Elle constitue une première étape d’une politique de développement des réseaux de chaleur qui se déploiera également sur la rive gauche de l’agglomération, et qui doit contribuer à l’atteinte des objectifs ambitieux que nous nous assignons en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Frédéric Sanchez,
Président de Métropole Rouen Normandie

Dalkia est une filiale du Groupe EDF spécialisée dans les services énergétiques. Nous proposons à nos clients des solutions sur-mesure pour réduire leurs consommations d’énergies et développer les énergies renouvelables.

Dans le cas de l’extension du réseau de Rouen- Bihorel, Dalkia s’est appuyée sur une idée simple : valoriser les ressources locales d’un écosystème vertueux, au panel large de combustibles en matière de bois énergie.

Les équipes de Dalkia ont opté pour un procédé unique en France : la chaudière à combustion étagée, brevetée par la société danoise Dall Energy, qui permet l’utilisation d’un très large spectre de biomasse provenant de la métropole et de ses alentours.

C’est une magnifique preuve de la capacité d’adaptation de nos équipes, pour proposer des solutions toujours plus innovantes pour verdir le mix énergétique des territoires. Ce réseau sera ainsi bientôt un véritable smart grid au service de la métropole intelligente.

En 2017, les énergies renouvelables et de récupération représentaient 37 % du mix énergétique de Dalkia. L’ambition de notre groupe est de porter ce chiffre à 50 % d’ici 2022.

Je souhaite remercier chaleureusement la Métropole Rouen Normandie pour sa confiance. Ensemble, nous construirons la ville de demain, au service du bien-être durable de ses habitants.»

2

Mt de biomasse valorisée par an

549

installations en France

2000

emplois

Contacts presse

Haut de page