Thermographie par drone : les nouvelles technologies au service de l’efficacité énergétique du réseau de Vénissieux Energies

En février dernier, un drone équipé d’une caméra thermique infrarouge a inspecté 5 kilomètres sur les 20 que compte le réseau de chaleur de Vénissieux Energies, filiale de Dalkia. Dix points de faiblesse ont ainsi pu être identifiés.

L’objectif de cette thermographie était double : pré-localiser des zones susceptibles de se fissurer et d’entraîner des fuites et plus généralement, orienter le programme de renouvellement des canalisations dans une optique de bonne gestion du patrimoine. La thermographie infra-rouge par drone est un moyen innovant d’inspecter les réseaux de chaleur. L’identification de points de faiblesse se fait à la lecture de la carte, par la couleur « écarlate » qui caractérise une source de chaleur et met en évidence une anomalie thermique d’isolation du tuyau.

Les points de faiblesse sont souvent dus à l’infiltration d’eaux extérieures au réseau comme les eaux usées ou l’eau de pluie. Leur stagnation abîme le calorifuge (protection du tuyau qui permet de conserver la chaleur) et peut à terme, corroder les tuyaux et provoquer des casses ou des fuites.

Deux zones identifiées comme points de faiblesse seront traitées dans le cadre des travaux de modernisation du réseau cet été. Nous pourrons ainsi obtenir une meilleure visibilité sur la nature de la faiblesse et y adapter selon le cas un plan d'actions correctives ou préventives.

Pour réaliser l’inspection du réseau de la ville de Vénissieux en accord avec les exigences du contrat, Vénissieux Energies a organisé une consultation. Sur les 5 entreprises sélectionnées, c’est une société lyonnaise, StudioFly, qui a été retenue.

Les drones ont été peu utilisés dans ce domaine jusqu’à présent car ils ne pouvaient pas supporter le poids des caméras à infrarouge - des avancées technologiques importantes ont permis de changer la donne. C’est une première nationale en termes d’utilisation des résultats. En mai 2015, Dalkia avait déjà utilisé un drone pour détecter fuites et anomalies sur le réseau de chaleur de Mazamet. Cette expérimentation avait surtout permis de tester les conditions de mise en place de ce type de dispositif.

L’expérience menée à Vénissieux permet de franchir une nouvelle étape dans l’utilisation de cette technologie en fournissant des données exploitables avec un taux de recouvrement de 80 % au lieu de 50 % pour l’expérimentation menée précédemment à Mazamet. Les performances du drone testé à Vénissieux ont impressionné les équipes. Très maniable, il se pilote au sol en mode semi-automatique ou manuel. Des lunettes en réalité augmentée permettent de suivre en temps réel sur une tablette différents indicateurs : vitesse, parcours, hauteur de vol.

Après plusieurs heures de vol au-dessus de la ville, le drone a fait apparaître des anomalies mais aussi un certain nombre d’irrégularités qu’une thermographie « traditionnelle » n’aurait pas permis de relever. Et c’est là l’un des principaux avantages du drone. Contrairement à l’hélicoptère ou à un contrôle pédestre, il offre un champ de vision plus large et plus précis, avec une restitution d’images plus pointue. Au-delà des autorisations nécessaires pour survoler la ville, le dispositif est facilement déployable. Autre avantage non négligeable : il est plus écologique et économique que l’hélicoptère.

Cette expérimentation d’inspection thermographique par drone s’inscrit dans un programme d’innovation national mené par Dalkia. L’objectif est d’améliorer la gestion patrimoniale grâce à des outils innovants de collecte et d’analyse d’informations. Pour ce deuxième essai, Vénissieux présentait l’avantage d’une portion de réseau (5 kilomètres) où des opérations de thermographie récentes pouvaient servir de point de comparaison. L’opération va se poursuivre et l’intégralité du réseau de la ville de Vénissieux sera à terme inspectée.

L’expérimentation a été un succès. Le drone livre des images de qualité et coûte moins cher qu’une thermographie aérienne menée par avion ou par hélicoptère. Aujourd’hui, nous disposons de données et d’images pertinentes que nous allons analyser et modéliser dans notre système informatique eCare.

Jérôme Aguesse
Directeur régional de Dalkia Centre-Est et président de Vénissieux Energies

Dès 2016, le passage en basse pression du réseau et des sous-stations et l’instrumentalisation des équipements renforceront la sécurisation et la performance du réseau. Ces outils de suivi technique vont permettre d’améliorer la qualité de service et la traçabilité tout en renforçant la relation à l’usager et à l’abonné…

Michèle Picard
Maire de Vénissieux, conseillère métropolitaine

Contacts Presse