Claude Nahon, directrice du développement durable chez EDF, tire le bilan de la COP22, la 22e conférence de l'ONU sur le climat organisée à Marrakech en novembre dernier.
©A.Detienne/EDF

Que retenez-vous de la COP de Marrakech ?
C’était une COP technique, où il ne s’est pas passé grand-chose de nouveau dans l’enceinte des négociations. Mais il y a eu un côté très positif, que j’ai bien ressenti hors des enceintes : les entreprises sont désormais reconnues comme porteuses de solutions. Du jamais vu jusqu’alors. Le nucléaire fait même partie des solutions qui sont discutées, ce qui n’avait pas été le cas lors de la conférence de Paris.
Mais, selon moi, plus importante encore, a été la prise de conscience généralisée qu’il faut tenir compte des perdants. Ceux qui n’ont rien à gagner de la transition énergétique. Je m’explique : le sujet maintenant, c’est comment accompagner les gens dont on va détruire les emplois en décarbonant les économies. Et ne pas avoir seulement en ligne d’horizon la création de nouveaux emplois verts.

Alors l’enjeu de la transition énergétique, il est où, pour nos pays développés ?
C’est celui de l’accompagnement de la transformation des jobs ! C’est comment, par exemple, on va aider les mineurs, souvent peu qualifiés, à faire autre chose quand on va arrêter le charbon. Le social avait fait une entrée timide lors de la Conférence de Copenhague. À Marrakech, on a vu qu’il doit faire partie pleinement de la question climatique. Et cette question du social, de nos emplois dans les pays développés, elle est arrivée mine de rien par les États-Unis !

Qu’est-ce qui vous rend confiante pour les années qui viennent ?
L’affirmation du rôle des infra-étatiques, du rôle des villes, des entreprises, des régions, qui prennent des engagements et qui partout agissent. On voit enfin arriver la question des territoires ! Et si les États font avec des lois, les territoires, eux, font avec les hommes. On entre dans le réel, maintenant ! Pour nous, groupe EDF, cela nous conduit à une réflexion plus poussée sur l’avenir et les mutations en matière d’énergie. L’énergie vit plusieurs révolutions. En premier lieu, et c’est parti, la révolution digitale, grâce aux objets connectés, pilotables à distance via votre smartphone ou votre tablette. Une maison connectée, cela permet de remettre du service au cœur de la relation avec votre client. Autre révolution : demain l’énergie sera très décentralisée. Notamment avec l’émergence de l’autoconsommation. Cette pratique marque un tournant dans la transition énergétique : les clients, qu’ils soient particuliers, industriels ou collectivités, ont envie de maîtriser davantage leur rapport à l’énergie. Une énergie qui se devra d’être décarbonée. Et qui s’appuiera naturellement sur… l’électricité.

Nos articles les plus lus

Décryptage

Transition énergétique : les objectifs de la loi

La loi sur la transition énergétique a été définitivement adoptée le 22 juillet 2015. Décryptage.

Décryptage

La voiture aussi fait sa transition

L’automobile, emblème du XXe siècle, est en train de se réinventer et, si aucune solution alternative ne prend l’avantage, c’est peut-être simplement parce que demain la diversité dominera !

Interview

Denis Bobilier : « Notre métier se situe au cœur de la transition énergétique »

3 questions à Denis Bobillier, directeur technique et grands projets de Dalkia en région Nord.

Haut de page