ET BIM ! Dalkia innove au service du Crédit agricole Aquitaine

À Bordeaux, 450 salariés du Crédit agricole Aquitaine travaillent au siège social, qui vient de faire peau neuve. Le bâtiment a été conçu en incluant la modélisation des données de construction dans une maquette interactive en 3D, le Building Information Modeling ou BIM. Dalkia, choisie pour l’exploitation et la maintenance multitechnique du site, a été associée au projet bien avant sa mise en exploitation.

Le groupe bancaire a confié à Dalkia l’exploitation et la maintenance multitechnique de son nouveau siège à Bordeaux, un bâtiment de 12 260 m2 et six étages, situé dans le quartier des Bassins à flot. Il a également choisi Dalkia pour l’assister dans le suivi des travaux et la mise en place d’un BIM, qui permet de modéliser les informations du bâtiment.

Les professionnels de la construction sont de plus en plus nombreux à troquer leurs plans papier contre une maquette numérique évolutive sur laquelle les acteurs d’un même projet (conception, construction, exploitation) peuvent travailler.

Ce nouveau mode de travail permet ainsi de concevoir, visualiser, simuler et collaborer plus facilement. « Le BIM est le processus commun aux différents intervenants du chantier pour la création de la base de données du bâtiment. Il s’appuie sur une maquette numérique, évolutive tout au long du chantier. Cette dernière garantit donc une meilleure coordination, avec à la clé une plus grande efficacité opérationnelle et une optimisation économique », souligne Gary Charley, chef de projet à la direction technique et des opérations de Dalkia.
 

« Le BIM garantit une plus grande efficacité opérationnelle et une optimisation économique.» Gary Charley, chef de projet de Dalkia

Cette maquette numérique regroupe l’ensemble des données intrinsèques du bâtiment, comme l’emplacement des fenêtres ou les caractéristiques de la chaudière, tout ce qui fait son ADN. Ces dernières sont enrichies avec les données opérationnelles que sont les maintenances réalisées et programmées, l’évolution de la température, l’éclairage des pièces ou encore les alarmes. Ces informations sont analysées depuis une plate-forme à partir de laquelle les experts de Dalkia pilotent la performance énergétique notamment.

Dans le cadre de ses missions, Dalkia s’est assurée de la bonne conformité de la maquette numérique conçue par le constructeur. Pour cela, elle a réalisé un scan 3D de l’intérieur des locaux afin de vérifier la concordance du dessin avec la réalité. Elle a également ajouté sur la maquette d’autres données, liées à l’exploitation. La mise à jour et les sauvegardes sont effectuées par un BIM manager de Dalkia, localisé à Paris.

Une coopération réussie entre exploitant, constructeur et client

Pour ce projet, le Crédit agricole a adopté une démarche « full BIM », qui va de la conception à l’exploitation. L’objectif est de gérer les données relatives au bâtiment sur tout son cycle de vie et de détecter d’éventuels problèmes en amont. Ce projet offre ainsi la possibilité de mieux maîtriser les coûts et d’anticiper les moyens nécessaires pour l'entretenir.

Le contrat de cinq ans a été signé en décembre 2017, soit onze mois avant la mise en service du bâtiment. « Il s’agit du premier projet BIM à nous intégrer autant en amont, et les avantages sont nombreux », souligne Sylvain Chestier, le responsable d’exploitation.

Dalkia a en effet accompagné le client et le constructeur en fin de chantier. « Cela nous a permis de trouver des solutions techniques qui faciliteront notre travail sur le long terme et limiteront les frais d’exploitation pour le client », précise-t-il.

« C’est un atout de connaître la technicité du bâtiment avant même que le client investisse les lieux.» Yoann Andani, responsable de site de Dalkia

Dalkia s’est chargée de la phase de pré-exploitation du bâtiment : état des lieux, contrôle des documents, mise en place d’équipements informatiques, etc. Dans ce cadre, un responsable de site de Dalkia, Yoann Andani, a rejoint le projet trois mois avant la mise en service du bâtiment et a notamment assisté aux formations techniques de fin de chantier du constructeur.

« J’ai été impliqué plusieurs mois avant la mise en service du site, ce qui m’a permis d’être opérationnel dès le jour de son inauguration », explique-t-il. Pour lui qui en gère la maintenance multitechnique - chauffage, ventilation, climatisation, désenfumage, électricité, plomberie, système de sécurité incendie, etc., c’est un atout de connaître la technicité de ce bâtiment intelligent avant même que le client investisse les lieux. « Par exemple, comme ce smart building possède une certification BREEAM, l’air est constamment renouvelé puisqu’il faut un apport d’air neuf à hauteur de 100 %, alors qu’il est plutôt de 70 % en temps normal.»

Présent sur le site à temps plein, il est à l’écoute des besoins des usagers pour leur apporter le meilleur confort possible. Avant chaque intervention, il peut consulter, depuis une tablette, la maquette BIM qui le renseigne sur le mode opératoire à adopter. « Cela permet de diagnostiquer le problème avant de se rendre sur place, de déterminer très précisément où il faut intervenir et de m’équiper en fonction des besoins de l’intervention. On optimise l’efficacité opérationnelle et c’est un gain de temps considérable ! »

 

Crédit photo Philippe Quaisse

Nos articles les plus lus