Demain, j’ai piscine !

piscine

Éliminer l’odeur de chlore, améliorer l’efficacité énergétique, anticiper la fréquentation... Grâce à une série d’innovations, Dalkia va proposer de nouveaux services pour les piscines.

On compte environ 2 000 piscines en France, dont un quart sont exploitées par Dalkia. Le marché est à la rénovation : si la plupart des municipalités sont équipées, la construction date souvent des années 1970-1980 et les besoins de modernisation se font sentir. Au-delà du chauffage et de la climatisation, Dalkia prépare une série de services innovants qui vont permettre d’augmenter l’efficacité énergétique mais aussi d’améliorer la gestion de ces équipements coûteux.

Trichloramines

Vous connaissez cette désagréable « odeur de chlore » qui pique parfois le nez et la gorge dans les piscines ? Elle est due aux trichloramines (NCl3), un composé chimique issu de la recomposition du chlore, utilisé pour désinfecter l’eau, et de l’azote présent dans la salive ou la sueur des baigneurs. Pouvant provoquer irritations oculaires ou respiratoires, elles sont aussi la première cause de maladies professionnelles (rhinites, asthme...) chez le personnel des piscines.

NemoPool

En partenariat avec Ethera, une start-up issue du CNRS et du CEA, Dalkia développe actuellement NemoPool, le premier instrument capable d’analyser en permanence l’atmosphère pour mesurer le taux de trichloramines, mais aussi de CO2 , la température, etc. En phase de tests dans cinq piscines, NemoPool collecte et transmet par le web les données au centre d’analyse d’Ethera qui peut déclencher des actions correctrices (renouvellement de l’air...). Il peut même être couplé avec la ventilation, pour la déclencher automatiquement.

Augmenter l’efficacité énergétique

Plutôt que d’être rejetée à l’extérieur, l’énergie thermique de l’air « vicié » pourrait être récupérée pour réchauffer l’eau grâce à l’échangeur air / eau Terrao, une autre technologie développée par Dalkia. Mieux encore, plutôt que d’éliminer les trichloramines, on pourrait lutter contre leur formation en dégazant l’air dans le « bac tampon », ce bassin annexe qui équipe toutes les piscines pour stocker l’eau à température...

Big data

Plus futuriste encore, Dalkia travaille à un outil de « computer vision », capable, comme une caméra compte les véhicules à un carrefour, de dénombrer en permanence les usagers présents dans les bassins et autour des bassins. Une information essentielle pour ajuster le délicat équilibre entre la température air / eau d’une piscine. Grâce à la constitution d’un historique, ces données permettraient en outre d’anticiper la fréquentation, de prévoir les heures de pointe de tel ou tel bassin. Pour ajuster les niveaux d’énergie mais aussi pour améliorer le service, l’accueil et informer les clients.

Dalkia travaille à un outil de « computer vision », capable de dénombrer en permanence les nageurs dans les bassins.

Nos articles les plus lus