Les énergies de récupération

Les énergies de récupération sont des énergies dites « propres », au même titre que le solaire, la biomasse ou le vent. Comme leur nom l’indique, valoriser les énergies de récupération consiste à récupérer de l’énergie qui, à défaut, serait perdue. 

Qu’est-ce qu’une énergie de récupération ?

Comme leur nom l’indique, valoriser les énergies de récupération consiste à récupérer de l’énergie qui, à défaut, serait perdue. Prenons l’exemple d’une usine de valorisation énergétique des ordures ménagères. Sa fonction première consiste évidemment à détruire nos déchets non-recyclables. Puisqu’en brûlant, ces
ordures dégagent une forte chaleur, autant l’utiliser ! Il en va de même pour la chaleur dégagée par les process industriels. L'Ademe estime que « le gisement national de chaleur fatale industrielle s’élève à 109,5 TWh, soit 36 % de la consommation de combustibles dans l’industrie ».

Le potentiel d’efficacité énergétique de l’industrie est énorme : « Face aux enjeux de la Transition Energétique et à un secteur Industrie qui représente plus de 20 % des consommations énergétiques de la France, l’accompagnement des acteurs industriels dans leurs efforts de réduction des consommations d’énergie est essentiel. Ceci d’autant plus, qu’à production égale, un potentiel d’efficacité énergétique de l’industrie atteignable d’ici 2030 est estimé par l’Ademe à 20 % »

Pour mieux comprendre les énergies de récupération

Les énergies de récupération, c'est la première énergie renouvelable. Ce sont les énergies générées par l'incération des déchets, la chaleur des data centers, la récupération de la chaleur industrielle, toute chaleur perdue.

17%

La chaleur produite par l’ensemble des usines et susceptible d’être récupérée représenterait 17 % de la consommation totale énergétique en France.

21%

21% de toute l'énergie distribuée en France par les réseaux de chaleur est issue des énergies de récupération.

Les avantages des énergies de récupération

  • La chasse au « gaspi ». Il s’agit de valoriser une énergie qui est produite quoi qu’il arrive. Il s’agit donc d’une méthode de bon sens qui consiste à remplacer des énergies fossiles comme le gaz, le fioul ou le charbon par une énergie qui serait autrement perdue.
  • Pas de rejet supplémentaire de CO₂ (ou de façon négligeable). La récupération d’énergie n’émet par définition aucun rejet polluant supplémentaire dans l’atmosphère.
  • Une énergie bon marché. Les coûts de production sont réduits, à la seule condition que le site où l’on récupère l’énergie ne soit pas trop éloigné des bâtiments ou des équipements à chauffer.
  • Nombre d'opérations de récupération sont finançables en partie dans le cadre du dispositif des CEE.

Dalkia et les énergies de récupération

Dalkia est spécialiste de la valorisation des énergies renouvelables locales. Parmi celles-ci, Dalkia s’intéresse plus particulièrement à celles dont on ne parle pas, comme les énergies de récupération.
En 2018, les énergies de récupération représentaient +50% des énergies renouvelables et de récupération utilisées par Dalkia.

récupération de chaleur usine PSA

Récupérer la chaleur qui serait perdue

À Charleville-Mézières, on récupère l’énergie de la fonderie PSA pour chauffer les habitants

Le réseau de chaleur catalan à la pointe de la technologie

Commencé le 10 septembre, le forage hydraulique du micro-tunnelier du nouveau réseau de chaleur du territoire catalan, exploité par Dalkia, est désormais achevé.

Communiqués de presse / Dalkia Méditerranée

Le réseau de chaleur du territoire catalan à la pointe de la technologie

microtunnelier Perpignan
Actus

70 % d’énergies de récupération pour le réseau de chaleur Toulouse Énergie Durable

Le 24 septembre, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, Sylvie Jéhanno, PD-G de Dalkia et Michel Peyron, directeur régional de l’Ademe Occitanie, ont inauguré le réseau de chaleur Plaine Campus alimenté à 70 % par des énergies de récupération